Salamandre Cycles


Olivier


Qui es-tu ?
Je m’appelle Olivier, j’habite en sud Ardèche et suis un pratiquant assidu de sports de pleine nature (vélo, course à pied, ski de fond, etc…). Père de 3 enfants, nous reprenons vraiment les activités de nature en famille depuis les 6 ans de notre plus jeune fille. Nous nous promenons fréquemment à VTT et projetons de parcourir le canal du midi cet été en famille. Pour cette raison, j’ai fait transformer mon vieux vélo route en randonneuse par la très imaginative équipe de Salamandre.
Parle nous de ton vélo
En fait, mon vélo n’a pas vraiment reçu de prénom, mais le nom d’usage qui s’est imposé depuis que je l’ai reçu est « Recyclette ». Premièrement, parce que c’est écrit dessus ! Deuxièmement, parce que mes enfants l’appelle ainsi. Quand on croise des personnes lors de nos sorties familiales, le vélo étonne, les questions fusent et le nom « Recyclette » explique parfaitement le fait qu’on peut récupérer un vieux vélo pour lui donner une seconde jeunesse.
Quels choix as-tu faits pour le cadre de ce vélo ?
Ce vélo est issu de plusieurs rencontres. Tout d’abord celle de Yann, il y a quelques années autour d’une pizza. Puis celle de Pierre plus récemment. J’avais un vieux vélo de route, cadre acier, qui dormait au garage. Un Décathlon Cobra 740 que m’avait donné un ami. L’envie de randonnées sur plusieurs jours m’a donné l’idée de transformer ce vélo en randonneuse. La structure d’origine en acier de qualité, léger et confortable, était une très bonne base pour cela.
Coté choix de forme, de matière des porte-bagages, tout le mérite revient à Pierre, qui, d’après mon idée de base d’avoir des porte-bagages avant et arrière soudés, a tout mis en musique. Il m’a dit : « Mieux vaut de l’inox peint, car les sacoches frottent,… pour la forme, je te propose de cintrer comme ceci, ou comme cela… ». Bref, j’ai eu l’impression d’être chez le tailleur pour un costume sur mesure. Et puis, comment ne pas faire confiance à quelqu’un qui ne roule qu’à vélo 365 jours par an ?
Et pour les composants ?
C’est un vélo de récup, donc les roues sont d’origine. J’ai simplement changé les pneus pour des Schwalbe Marathon Plus en 700x28c. Plus confortables que ceux d’origine ils sont également quasiment insensibles aux crevaisons. Pour gagner encore en confort, j’ai remplacé la potence d’origine par une autre plus courte et relevée.
Enfin, côté transmission, j’ai choisi une cassette avec des dentures plus grandes à l’arrière pour tenir compte du changement de destination du vélo : de bête de course il devenait bête de somme. Sans ressembler à un escargot portant sa maison, il me fallait pouvoir grimper sans trop de difficultés.
Le commentaire de Yann : Le vélo d’Olivier est représentatif d’un nouveau domaine d’exploration de Recyclette. Après les vélos de voyage et autres tandems utilitaires, véritables bêtes de somme mais moins dynamiques, nous nous sommes lancés dans des montures plus légères et vives (mais moins adaptées aux fortes charges). Et pour cela, nous avons fait appel à Pierre dont c’est plus clairement le domaine.
Pierre partage depuis plusieurs années nos « brainstorming vélo-café du samedi matin ». Sans être prosélyte ni intégriste, il va au bout de ses convictions bien plus que d’autres, plus tapageurs. Vivant en montagne dans un lieu autonome et parfaitement intégré à son environnement, il ne se déplace qu’à vélo. Mais surtout, Pierre a des doigts d’or et une soif inextinguible d’expérimentation pour tout ce qui a trait au travail manuel. En cela, il est un allié très précieux pour nous.
Anecdotiquement, Pierre roule de temps en temps sur son fat Salamandre (en partie Recyclette d’ailleurs, il y a du tube Décathlon dans celle-ci !) mais le crédo de Pierre, c’est le vélo de route, ou plutôt la randonneuse légère. Il ne peut s’empêcher de sauver tous les vélos anciens dignes d’intérêt qui croisent son chemin. En leur apportant sa touche personnelle, il leur donne un vrai supplément d’âme et ne peut plus s’en séparer, au point de saturer son lieu de vie ! Je vous invite à poursuivre votre lecture par celle de « La Coureuse » pour bien cerner ce singulier personnage…